Pensées d’ici, Pensées d’ailleurs – Exposition de Sylvie Edeline

NOUVEAU affiche_pensées_septembre-page-001

Exposition salle Marcel Prouteau, cour de la Préface.

Du 12 Juin au 6 septembre 2020.

Le titre choisit pas l’artiste Sylvie Edeline pour son exposition n’est pas un hasard. Elle y présentera 20 toiles pour les 20 ans de la Cité de l’Ecrit et des Métiers du livre. Vingt grandes toiles verticales, tendues entre le terrestre en ses couleurs quotidiennes qui rappellent souvent l’art pariétal, et le ciel en sa recherche d’harmonie cosmique aux tons chatoyants de la voie lactée.

L’écriture et son geste sont infiniment présents dans cette œuvre calligraphique, non seulement sur la toile, mais aussi sur d’autres supports, papiers et autres matières parfois imprévisibles ; également sur la céramique, l’artiste ayant plusieurs cordes à son arc, sans doute par un besoin de garder le fil avec la réalité. Sachant que le geste de l’écriture et du travail sur la matière est sûr, précis, cadré, donnant, cependant, des écritures indéchiffrables, « un grafouillgnage post » selon son expression, au risque de se perdre et de perdre le public si cela était possible.

Bien que n’étant pas écrivain, par son écriture, Sylvie Edeline nous raconte toujours une histoire qui nous concerne par la sensibilité qu’elle déploie et le message qu’elle nous adresse afin de trouver un « art de vivre », d’appréhender le monde pour qu’intérieur et extérieur dialoguent le plus sereinement possible. Me revient une phrase de Marguerite Duras qui semble convenir tout à fait :

“C’est ça l’écriture. C’est le train de l’écrit qui passe par votre corps. Le traverse. C’est de là qu’on part pour parler de ces émotions difficiles à dire, si étrangères et qui néanmoins, tout à coup, s’emparent de vous.”

Sylvie est une perfectionniste, rien n’est fait à l’emporte-pièce, avec paradoxalement un travail en amont et une spontanéité qui se croisent et s’affirment sous nos yeux lorsque nous la regardons travailler, toujours présente au cœur de ce qu’elle réalise.

« Se former à la belle écriture », voilà ce qui lui importe en continuant de se parfaire par le suivi de stages avec des calligraphes reconnus qu’elle aime à citer, mais aussi en transmettant son savoir-faire qui allie les arts plastiques dans leur acception la plus large sans opposition aux arts graphiques ni aux arts du volume ou de surface. Elle crée avec cette « obsession  des séries » dans différentes techniques qu’il lui faut épuiser avant de passer à autre chose comme d’une saison à une autre ou d’une rive à l’autre de la Gartempe dont elle saisit le changement dans la continuité. Elle expérimente, touche à tout, renverse l’ordre donné, se libère des contraintes. Sacrifier le support ne lui fait pas peur puisque de toute façon le résultat est inédit et s’inscrit de plein corps dans le déroulement de l’alpha à l’oméga d’une « vie d’artiste » qui a commencé à l’adolescence, « en marge du cahier d’écolier », se poursuit, et fait feu de tout bois !

Les citations sont toujours empruntées à des penseurs, ainsi sont nées les toiles ici présentes, prenant élan sur « des phrases intemporelles, constructives sans être morales, il y a tant de grands penseurs, d’ici ou d’ailleurs, qui les disent si bien ».

Et l’artiste de les écrire à merveille !

 

Texte écrit par Muriel Verstichel, le 13 avril 2020.

 

Salle Marcel Prouteau

8 rue Champien

86500 Montmorillon

Cité de l’Écrit et des Métiers du Livre

Visitez Montmorillon et ses quartiers historiques